Fosses du Fort

milieu du XII ieme siècle

L’ancien village castral, de plan carré, est vraisemblablement l’un des plus anciens villages fortifiés du secteur.
Cette structure, qui précède les castelnaux circulaires, se serait élevée au milieu du XIIieme siècle.
Une rangée primitive de maisons demeure, mais à l’origine toute la communauté se trouvait sur cet édifice, avec certainement une église.
Ouvert par une porte équipée d’un pont-levis, le fort est réutilisé pendant les guerres de religion.
Saint-Thomas est alors une place forte catholique relevant du roi et de ses états du Comminges , face à la citadelle protestante de l’ Isle-Jourdain .

En 1567, un capitaine et sa troupe y sont installés, mais après son départ, le bourg est livré au pillage.
Dubourg , capitaine huguenot de L’Isle, accepte de laisser les habitants tranquilles, contre de l’argent et la promesse de ne pas se servir du fort contre lui.

Le fort, l’enclos et les fossés échoient à l’état français par héritage des possessions de la royauté.

En 1841, l’État s’inquiète de ses biens à Saint-Thomas, et la mairie exhibe les privilèges de 1552 où la jouissance du fort est accordée à la communauté.

Voici une vidéo du survol de la mare qui subsiste. Cette dernière est la seule partie restante des ex fossés du fort : https://vimeo.com/538765446

Dans la même rubrique

Historique

La petite histoire de Saint-Thomas

Maison

du XVIII ieme siècle

Château

du XIX ieme siècle

Église « Saint-Barthélemy »

deux confréries vouées au rosaire et à saint "Thomas"

Chapelle « Notre-Dame-de-Pitié »

un culte fervent y est rendu

Porche

Alexis Baissaignet sans doute constructeur de ce porche

Caveau « Dardenne »

La famille Dardenne

Croix d’en Palas

probablement d’origine espagnole

Poteries

du XVII ieme au XIX ieme siècle